logo esprit yoga19


 

Alexandre Menini | Low Cost Web Agency

Alexandre Menini est reconnu pour ses aptitudes multiculturelles, son intégrité professionnelle et son habilité unique à penser différemment.
Temps de lecture : 3 minutes (520 mots)

Les exigences des labels déterminent les étapes de labellisation

ARCADIE---image---publi-yogi

Les labels de commerce équitable foisonnent depuis les années 2000, et tous n’ont pas la même exigence. Certains appartiennent à des sociétés et sont audités par elles-mêmes, d’autres, comme Biopartenaire, appartiennent à des associations et sont auditées par des organismes extérieurs. Si les engagements de base des labels de commerce équitable sont les mêmes, certaines exigences varient. En ce qui concerne Biopartenaire, voici ce qui s’ajoute aux engagements que vous pouvez retrouver ici 

  • La vente de produits issus de l’agriculture biologique et réservés aux magasins spécialisés ; 
  • Des audits externes faits par Ecocert et des audits internes réalisés par Biopartenaire ; 
  • La création d’un regroupement de producteurs en gouvernance démocratique pour porter les discussions avec les acheteurs ; 
  • La création de fonds de développement gérés uniquement par le regroupement de producteurs. 

 

Les grandes étapes de la labellisation Biopartenaire

Une labellisation commence toujours par le calcul des coûts de production. Cette étape est longue et fastidieuse car elle prend en compte de nombreux paramètres parfois inconnus des producteurs, ou tout du moins, pas avec autant de finesse que ce qui est demandé. Dans ce calcul, rentrent : les salaires, les amortissements, les semis, la manutention, le travail de la terre, etc. 

Ensuite, les producteurs doivent se regrouper en une structure qui dialoguera avec les acheteurs. Ce regroupement doit être démocratique afin que chaque producteur puisse s'exprimer librement. Puis, le contrat-cadre est signé entre les producteurs, le regroupement et l’acheteur. 

C’est à ce moment-là qu’intervient Biopartenaire. Afin de s’assurer que tout est conforme au cahier des charges initial, un audit est réalisé auprès de toute la chaîne d’acteurs. S’il y a moins de 20% de non-conformités, le contrat est maintenu et l’acheteur peut fièrement mettre le label Biopartenaire sur ses produits ! 

 

Et le commerce équitable en France ? Le cas de l’Herbier de France

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le commerce équitable ne concerne pas que les pays du tiers monde. Biopartenaire est un label de commerce équitable qui permet aussi la labellisation de filières Nord/Nord. Néanmoins, les enjeux ne sont pas les mêmes que pour le commerce Nord/Sud. Cela se concrétise notamment au travers des fonds de développement : ils sont de 1% du montant total des achats pour un contrat équitable Nord/Nord, alors qu’ils sont de 5% pour des contrats Nord/Sud.

L’enjeux, derrière une filière équitable France chez L’Herbier de France est, parfois, la relocalisation de cette filière. Le commerce équitable en France permet par une valorisation juste des producteurs de relocaliser en France.

Des productions de plantes qui avaient été abandonnées. La volonté de notre entreprise a toujours été d'acheter en local ce qui pouvait l’être. Mais comment acheter si la production n’existait pas en volume suffisant pour répondre à nos besoins ? C’est pourquoi nous avons aidé à la création de la filière régionale : “plantes de garrigues”. Cette filière nous fournit aujourd’hui notre sarriette, fenugrec, thym, romarin, marjolaine et origan vert. Cependant ce travail nous a demandé 10 ans ! Aujourd’hui, nous sommes fiers de vous proposer une gamme de produits régionaux, issus du commerce équitable. 

 

Découvrez-les produits issus de ces filières, en promotion en mai !

 

ARCADIE bannière promo hdf

Regarder plus loin
La mission des équipes de Shoti Maa est d'aider l'...

Sur le même sujet:

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://esprityoga.fr/