esprit yoga logo


 

Temps de lecture : 4 minutes (716 mots)

Partie gagnante : yoga & sport font équipe

Lorsqu'on est sédentaire, le yoga aide à préparer le corps au sport. Quand on est sportif, il aide à réparer à améliorer son potentiel. Sport et yoga : les deux font la paire. Voici 4 raisons d’associer le yoga à sa pratique sportive. 

 

photo-1482614312710-79c1d29bda2a-1.jpeg

  • Améliorer ses perceptions corporelles

Comment se mettre dans les meilleures conditions avant un effort ? Dans le Vercors, à Autrans, François Quérini, formé à différents yogas, utilise principalement les séries « yoga chinois » de Babakar Khane lors des échauffements et celles du Hatha Yoga traditionnel. En partenariat avec le Syndicat National des Accompagnateurs en Montagne et l’UFR STAPS de l’université Claude Bernard de Lyon, il a créé la formation « Marche nordique, yoga, santé ». 

Le yoga permettrait à la fois d’affiner ses perceptions corporelles et de mieux se situer dans l’espace. Elise Le Goff, professeure de yoga à Aix-en-Provence et marathonienne, explique :  « Dans une pratique dynamique, il faut savoir respecter un alignement. Dans ce sens, le yoga aide beaucoup car la qualité d’écoute se transpose à la pratique sportive. » 

  • Corriger ses déséquilibres corporels

Le développement harmonieux de l’ensemble du corps est souvent mis à mal par l’exercice intense d’une même discipline. La pratique intensive d’un même sport cause en effet des déséquilibres de masse corporels. « Le yoga contribue à sculpter une silhouette équilibrée en reliant l’ensemble des chaînes musculaires », explique François Quérini qui a identifié les différents apports du yoga en fonction de chaque discipline. 

Ainsi, une pratique régulière contribue à rééquilibrer un corps dont certaines masses musculaires auront été surdéveloppées par rapport à d’autres. Par exemple, les membres inférieurs en ski alpin, les membres supérieurs en kayak ou encore dans l’escalade… Le yoga est une solution pour pallier ces déséquilibres posturaux. 

  • Se forger des abdominaux sains

Qu’il s’agisse des abdos ou d’étirements exagérés, ces pratiques engendrent des dommages physiques pas forcément visibles dans l’immédiat. C’est le médecin Bernadette de Gasquet qui, dès 2003, a tiré la sonnette d’alarme, dans son livre Abdominaux, arrêtez le massacre en pointant les dangers des exercices de type crunch pour la physiologie et le dos en particulier : « d’une manière générale, une pratique sportive se construit. 

Adapter son effort en prenant en compte ses habitudes et son mode de vie en est la première étape. Même si le sport semble accessible à tout le monde, Bernadette de Gasquet met en garde : « les risques concernent les articulations, la colonne et le cardio en particulier. Les sports à la verticale tels que la course, le tennis, ou le cross fit sont mauvais pour le périnée en raison des hyperpressions abdominales qu’ils provoquent. Être jeune ne protège pas forcément et les dommages se font ressentir plus tard.» 

Pour Bernadette de Gasquet : « il faut éviter les mouvements qui plient les parties du corps, en particulier au niveau de la taille et des reins. On croit s’étirer alors qu’on se tasse en inversant les. » Pour elle il est indispensable de « placer sa respiration et de travailler sur l’expiration. »

  • Gagner en sagesse

Bernadette de Gasquet appelle au bon sens et met en garde contre les postures impressionnantes véhiculées par les réseaux sociaux. « Il ne faut pas choisir la facilité : parce qu’on est souple ou hyperlaxe, plutôt que d’aller encore plus dans ce sens, mieux vaut se muscler. De même si on est musclé, il est plus intéressant de s’assouplir... Avec à la clé une protection contre les lésions, sans atténuer la performance. » Une musculation sans forcer, en bonne intelligence avec son corps. Se connaître et faire preuve de bon sens, voilà le meilleur antidote aux blessures !

Les techniques alternatives, de la méditation pleine conscience au yoga en passant encore par l’hypnose, font l’objet de recherches dans le monde du sport. Du 13 au 15 juin prochain, l’Université de Lausanne, accueillera sa sixième édition du « Congrès international de psychologie du sport ». 

Une place importante sera accordée à la méditation. Roberta Antonini-Philippe, diplômée en psychologie du sport, chercheuse à l’université de Lausanne, co- auteur de « la psychologie du sport », s’est initiée récemment à la méditation MBSR. Elle considère que « les notions de concentration, d’attention sont déterminantes dans le parcours d’un sportif ». 

Article publié dans le magazine n°43 d’Esprit Yoga écrit par Céline Chadelat.

  

Connaissez-vous bien la journée internationale du ...
AUROVILLE : 50 ANS D’UNE EXPÉRIENCE UNIQUE
get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

Rédaction


redaction@esprityoga.fr

 

 

 

Courrier des lecteurs


info@esprityoga.fr

 

Régie Publicitaire


contact@wellnessregiecom.fr
07 86 22 64 81

KIT MEDIA 2018 à télécharger

 

 

Abonnements


esprityoga@abopress.fr

03 88 66 26 19

Recevez la newsletter d'Esprit Yoga