esprit yoga logo


 

Travailler sans stresser

La pleine conscience, si elle peut être enseignée sur notre lieu de travail, n’a certainement pas comme but premier d’augmenter nos performances. Elle vise principalement à favoriser notre bien-être professionnel. Cette notion pourrait nous sembler bien éloignée de nos préoccupations profession- nelles quotidiennes. Mais pourquoi ne pourrait-on réfléchir au bonheur au travail ? 

photo-1518600570419-81324064e9ae.jpeg

Car prenons garde à ne pas ressembler au bourreau de travail à l’hyper-responsabilité, jamais satisfait de ce qu’il a réalisé. Cela commence lorsqu’on ne fait plus la différence entre les tâches urgentes et celles qui sont juste importantes, sans jamais reporter, sans déléguer. On ne s’écoute pas, peu à peu s’installe de la souffrance au travail, jusqu’à mettre sa santé en danger, avec un risque de « burn-out », voire de dépression. 

 

Rappelons-le, la pratique de la méditation de pleine conscience cultive la bienveillance, l’art de développer l’intelligence du cœur. Cette pratique qui me rend présent à mon vécu intérieur et à mes affects vient me rappeler qu’il y a des choses sur lesquelles je peux sûrement agir (ma présence aux autres collègues, l’intensité de mon rythme, mon attention aux signes de fatigue, à mes moments de découragement) et d’autres sur lesquels je n’aurai que peu ou pas de prise (les contraintes liées à mon métier, mes horaires de travail, mes chefs...). 

 

Une pratique de bienveillance tournée aussi vers mon entourage. Dire bonjour aux personnes que je rencontre sur mon trajet, à mes collègues en arrivant sur mon lieu de travail : exemples concrets de petites attentions envers l’autre. 

 

Voici quelques exemples pour cultiver ce bien- être si nécessaire. Faire le choix d’une vraie pause repas, hors des discussions bruyantes du restaurant, de la cantine de l’entreprise pour aller déjeuner dehors, dans un parc s’il fait beau, y entraîner des collègues. Me lever régulièrement de mon bureau pour m’étirer, bailler, marcher, prendre un peu l’air. Dire stop et m’autoriser à prendre le temps d’un espace de respiration, d’une assise silencieuse. 

 

Et méditons enfin sur cette phrase essentielle, au cœur de la Bhagavad Gita : « Tu as droit à l’action mais non pas à ses fruits ». Excellent adage pour ma vie et que je peux adapter à mon travail. Dans la vie professionnelle, agir de notre mieux mais ensuite, essayer de se détacher du résultat de nos actes. Pouvoir se dire avec calme et lucidité : "Travaille de ton mieux, de manière responsable, mais ne t’en rends pas esclave et pour t’aider, dégage-toi de tout mouvement excessif de l’égo, tel orgueil, agitation, inconscience ou mauvaise estime de soi." Soit la pleine conscience comme exercice de vigilance, afin d’orienter notre énergie vers l’essentiel. 

 

L'article de Christophe André et de Florent Dulong est à retrouver dans le numéro 45 du magazine Esprit Yoga. 

Journée internationale de la paix
Libérer les tensions du bassin
get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

Rédaction


redaction@esprityoga.fr

 

 

 

Courrier des lecteurs


info@esprityoga.fr

 

Régie Publicitaire


contact@wellnessregiecom.fr
07 86 22 64 81

KIT MEDIA 2019 à télécharger

 

 

Abonnements


esprityoga@abopress.fr

03 88 66 26 19

Recevez la newsletter d'Esprit Yoga