esprit yoga logo


 

Entretien : Stéphane Colliège

« Le véritable son à écouter est celui du souffle » 

Pour en savoir davantage sur cette pratique, nous avons interrogé Stéphane Colliège, qui apparaît dans deux séquences dans ce Hors-Série et qui anime une formation au Vinyasa Yoga. 

Propos recueillis par Max Pariny

stephane-colliege-vira.jpg

Stéphane Colliège : Les enchaînements et les mouvements occupent une place importante dans une séquence. Mais il est tout aussi essentiel de se poser dans une posture pour observer le mental, être témoin de notre état intérieur dans l’immobilité. 

 

S. C. : En effet, beaucoup de danseurs et de circassiens se sont appropriés cette forme de pratique et se sont mis à l’enseigner. Ayant une grande agilité, ils ont pu avoir tendance à mettre l’accent dans leur cours sur des postures plus exigeantes et spectaculaires d’un point de vue physique, mais ce n’est pas le cas dans tous les cours. 

 

S. C. : La musique n’est pas une nécessité dans une séance. Le véritable son à écouter est celui du souffle, le rythme celui de l’alternance entre l’inspiration et l’expiration. La musique peut nous aider si nous sommes vraiment agités, mais elle peut être un obstacle entre le corps et le souffle, elle peut apporter des émotions qui viennent de l’extérieur. 

 

S. C. : Tout est question d’interprétation et de manières de voir. Prenez par exemple une forme ancestrale de Hatha Yoga, telle que Surya Namaskar, la salutation au soleil. On peut la considérer comme une forme de Vinyasa. Également, dans la pratique de certains kriyas, des exercices répétitifs en harmonie avec le souffle, on peut retrouver une forme de Vinyasa. 

 

Nous ne savons guère si les premiers pratiquants yogis avaient une connaissance animale, instinctive et intuitive du corps et des mouvements corporels que l’on aurait perdue, ou un désengagement de la forme du corps afin de privilégier l’aspect énergétique et la concentra- tion mentale. Les corrections physiques dans la posture sont probablement un élément nouveau dans l’histoire du yoga, mais j’y suis tout à fait favorable, car il est im- portant de transmettre les outils et les techniques pour éviter les efforts excessifs et les blessures. 

S. C. : Si le corps, sa beauté, son agilité, son élégance est un point de départ pour s’ouvrir au véritable sens du yoga, cet attachement égotique n’est pas moins noble que de vouloir faire du yoga pour développer des pouvoirs (siddhis). Mais si après des années, des décennies de pratique notre regard et notre rapport au corps n’ont pas évolué, alors peut-être sommes-nous passés à côté du véritable message. Mais c’est tout aussi vrai dans la pratique du Hatha Yoga. 

 

Retrouvez le dossier complet dans le Hors-Série spécial Vinyasa. 

Voyage : trois jours avec un Sadhu
Vinyasa Yoga : entre conscience, souffle et mouvem...
get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

Rédaction


redaction@esprityoga.fr

 

 

 

Courrier des lecteurs


info@esprityoga.fr

 

Régie Publicitaire


contact@wellnessregiecom.fr
07 86 22 64 81

KIT MEDIA 2018 à télécharger

 

 

Abonnements


esprityoga@abopress.fr

03 88 66 26 19

Recevez la newsletter d'Esprit Yoga

ey41 couverture